Wi-system

Partager le monde, pas les ondes

Article du Journal des Entreprises - Février 2017

févr. 212017

Wi-System. Le wifi éco-responsable veut se faire connaître du grand public
Le boitier Wi-fine4me permet de faire varier la puissance du signal du Wifi
ou de le couper au besoin. Une innovation majeure !
NUMÉRIQUE. La start-up lyonnaise compte sur sa campagne de financement
participatif pour se faire connaître un peu partout dans le monde.

 

undefined

Un wifi éco-conçu dont on peut faire varier la puissance du signal et donc la portée et l’exposition aux ondes… C’est le principe
de Wi-fine lancé en avril 2015 par la start-up lyonnaise Wi-System. « Nous avons commencé par commercialiser notre produit
auprès des hôtels. L’idée était de mettre au point un wifi éco-conçu qui puisse convenir à une clientèle respectueuse de l’environnement. Puis notre concept a évolué. Nous nous sommes rendu compte que le marché était beaucoup plus vaste que cela, que notre boîtier pouvait intéresser les professionnels mais aussi les particuliers qui veulent limiter l’exposition de leurs
enfants aux ondes où qui pour des raisons de sécurité de leurs données ne veulent pas que leur wifi soit accessible depuis leur
rue » explique Thierry Techer, président de Wi-System.
Le crowdfunding pour tester le marché. Pour financer cette commercialisation à plus grande échelle et surtout tester le marché pour son boîtier grand public Wifine4me, la jeune pousse lyonnaise a lancé, fin 2016, une campagne de crowdfunding sur la
plateforme Indiegogo. « L’objectif est de récolter 10.000 euros. Cela revient à vendre une centaine de boîtiers pour identifier notre public. Nous recensons une cible assez large : intuitivement, nous estimons que tout le monde devrait être intéressé par un wifi écoresponsable et par le nouvel usage que l’on préconise » expose Thierry Techer.
Et de poursuivre : « 10.000 euros c’est peu. Le produit est fabriqué et mis au point, nous n’avons donc pas besoin de financement important. Ces fonds vont nous servir à lancer une production et surtout à faire un test marché grandeur nature».
L’international dans la mire  En misant sur Indiegogo, Wi-System espère aussi se donner les moyens de démarrer sa
conquête à l’international.
« C’est une plateforme mondiale qui va aussi nous servir d’outils de communication pour toucher des clients potentiels mais aussi pour trouver des distributeurs. Je suis assez confiant, j’ai déjà eu quelques contacts » précise le président
de Wi-System, qui cible en priorité l’Europe communautaire et les pays limitrophes de la France. « Nous avons aussi des
touches au Canada et aux USA. Cette campagne va également nous permettre de démontrer aux investisseurs privés que l’on
peut vendre. À partir de là, nous enclencherons une deuxième étape avec une levée de fonds plus conséquente auprès de
business angels et de fonds européens. Pour une première production de masse en France et en Europe, le seuil bas c’est
300.000 euros. On peut monter jusqu’à 900.000 euros si l’on va plus loin dans l’internationalisation » conclut le dirigeant, qui
ambitionne d’atteindre 400.000 euros de chiffre d’affaires en 2017 et 29 Millions sous cinq ans
Gilles Cayuela

Votre Wi-Fi toujours maîtrisé !

janv. 242017

undefined

Face à la diversité et à la multiplication des sources de pollution électromagnétiques, aucune norme ne nous protège en globalité...
Pour agir, Wi-System SAS à imaginé un routeur Wi-Fi design et éco-responsable qui vous permet de gérer la première source de pollution électromagnétique chez vous : le réseau Wi-Fi de votre opérateur.

Avec Wi-fine4me, en vente sur le shop du site www.wi-system.com ou chez nos revendeurs DOMOMAT et INEDIT LIGHTING.

Vous pourrez gérer par horodatage et en direct l'activation du Wi-Fi chez vous aussi simplement que l'éclairage d'une lampe. 
Mieux encore, la gestion intuitive de la puissance d'émission en fonction du lieu ou vous souhaitez en profiter.

Déconnecter vos enfants !

déc. 132016

undefined
A l’heure du tout connecté, plus de 74% des parents pensent qu’internet est, ou peut devenir, une addiction pour leurs enfants.
Les études montrent que les 13-19ans passent en moyenne 14h sur internet chaque semaine, soit 2h par jour.
50% d’entre eux surfent la nuit….
En tant que parents, et pour éviter un excès de connexion, il est important de réapprendre aux jeunes à vivre des moments déconnectés dans une journée.

Le sujet n’est pas de jouer ici les « déconnectés 2.0 », ces 1.7 million de Français qui choisissent de se déconnecter volontairement, de façon intermittente et réservent l’utilisation d’internet aux questions pratiques (selon une étude Havas Media-unplugg).
L’idée est ici de prôner une utilisation raisonnée d’internet de protéger nos enfants, ados d’une addiction potentielle bien réelle.
Si les USA ont aujourd’hui reconnu le syndrome de dépendance numérique comme une véritable pathologie, il est du devoir des parents d’être vigilant face à ce risque. Attractif, excitant, le fait d’être connecté toujours, en tout lieu revêt pour l’adolescent un caractère plus que séduisant. Comment résister à la tentation d’être en permanence relié à ses amis ??
La déconnexion, une responsabilité plus qu’un devoir
Apprendre à se déconnecter, et à apprécier de l’être, est une responsabilité qui va au-delà de la responsabilité parentale ; il s’agirait plus d’un savoir vivre à retrouver.
Ce n’est pas un hasard si 66% des Français déclarent aujourd’hui que d’être déconnecté « Cela rend la vie plus riche, c’est une opportunité » (Havas Média-unplugg). De même que vous ne laisseriez pas vos lampes, votre télé ou votre four allumé tout le jour et toute la nuit, votre réseau Wi-Fi nécessite-t-il vraiment d’être en marche sans arrêt ? Un réseau fonctionnant en permanence est une véritable porte ouverte à de nombreux risques sécuritaires et sanitaires.

Pour cela, encore faut-il avoir les moyens de se déconnecter facilement et les fabricants de routeurs ont tendance aujourd’hui à inonder le marché de points d’accès Wi-Fi toujours plus puissants et difficiles à déconnecter. Compliqué alors de maîtriser son signal Wi-Fi dans un univers « pollué » par les signaux Wi-Fi toujours plus nombreux. Comment déconnecter une partie de son logement sans pour autant priver tous ses habitants de Wi-Fi, afin de déconnecter des ados à partir de 22h ….


Wi-fine4me® : la solution pour déconnecter

Le nouveau routeur Wi-fine4me® de la société Wi-System® redonne à l’utilisateur le pouvoir de maîtriser son signal Wi-Fi en let donc d’en paramétrer l’extinction ou la portée d’émission pour déconnecter ou non, certaines zones de son logement.

Wi-fine4me® permet à l’utilisateur de façon extrêmement simple de paramétrer le Wi-Fi :

1-En l’allumant ou l’éteignant

directement sur le boitier
à distance par une web application.

Cette web application, disponible sur smartphone, tablette ou ordinateur, permet de couper le signal Wi-Fi de n’importe quel boitier depuis n’importe où, quelle que soit l’heure.

2- En augmentant ou diminuant la portée du signal Wi-Fi permettant ainsi de restreindre le réseau Wi-Fi à une zone précise : Le Wi-Fi où je veux, quand je veux !

Eco-volonté et pollution électromagnétique

déc. 122016

undefined
Adepte de la première heure ou novice curieux, vous avez peut-être séjourné ces dernières vacances (d’été ou de Toussaint) dans un éco-lodge ou un écogite. Cette expérience souvent réconfortante vous a convaincu du bienfondé de ce concept d’hébergement hôtelier. Nichées dans la nature, en montagne ou au bord de mer ces structures suivent et sont attachées au principe de développement durable et d’écotourisme. Les éco-lodges veulent respecter au mieux l’environnement et sont loin de la pollution.
Endroit idéal qui respecte et salue la nature ? Presque…car malheureusement une forme pernicieuse de pollution peut s’y installer et s’y développer. En effet il y a un domaine où cette volonté peut être mise à mal, c’est celui de la lutte contre la pollution électromagnétique.
Quand on parle de pollution il y a la pollution visible, qu’elle soit principalement organique, gazeuse ou chimique et celle qu’on ne voit pas ou ne sent pas, la pollution électromagnétique. Au-delà des ondes électromagnétiques qui nous entourent et qui sont naturelles et nécessaires, est apparu depuis le début de ce siècle avec les téléphones portables, micro-ondes, Wi-Fi et autres objets connectés une accentuation très marquée de la surexposition à certaines fréquences. Aujourd’hui on ne sait pas si cela est réellement très nocif pour la santé mais selon l’adage populaire, l’excès en tout est nuisible. Plus prosaïquement la classification en « potentiellement cancérigène » des ondes par l’OMS en 2011 et la promulgation en France de la loi Abeille* en 2015 sonnent comme des mises en garde sérieuses.
Alors la préservation de l’environnement ne passe-t-elle pas aussi par l’utilisation raisonnée de tous les appareils électriques et électroniques ?
Si nous regardons un passé récent concernant des matériaux utilisés principalement dans la construction ou un certain carburant utilisé dans beaucoup de moteurs on se dit qu’il vaudrait mieux agir en amont et se servir de ce fameux principe de précaution. Ne bannissons surtout pas l’utilisation du Wi-Fi ou des objets connectés mais privilégions d’emblée ceux qui nous permettent de choisir quand et où on veut les utiliser et si possible aussi avec une puissance qui ne pollue pas son voisinage.